africanianews@gmail.com Tuesday - Oct 17, 2017

Quand le Général Evariste Ndayishimiye tente de diviser le PPD-Girijambo: A malin, malin et demi !


Dès sa “nomination” à la tête du parti-Etat CNDD-FDD par l’oligarchie politico-militaire de Bujumbura, le général Evariste Ndayishimiye alias Neva a eu pour mission de ramener les frondeurs ou “brebis égarés” selon ses propres termes, dans le bercail du CNDD-FDD. Tel qu’elle a été conçue, la stratégie consiste à contacter chaque frondeur pour lui proposer gentiment et avec courtoisie de rentrer au pays avec une promesse d’un poste politique ou technique juteux. La clique au pouvoir prévoie qu’une fois nommés, ces frondeurs seraient entourés d’autres cadres ayant pour mission de pousser malicieusement les “nouveaux convertis” dans des irrégularités de gestion pour permettre à la police et au tristement célèbre “Service National de Renseignement” (que les Burundais ont baptisé “Service National de Répression”) de les mettre sous les verrous pour cause de malversation ou détournement. Les généraux de Nkurunziza prévoient aussi une campagne d’humiliation de ceux qui auront cédé à la tentation à travers des tournées dans toutes les régions du pays au cours desquelles ils devront déclarer et reconnaître officiellement et publiquement qu’ils s’étaient trompés dans leur fronde ou qu’ils avaient été manipulés par l’Occident, le Rwanda, la Belgique, l’Union Européenne et les Nations Unies.

Mais ce que le pauvre général et ses collègues semblent oublier, c’est qu’ils ont affaire à des hommes et des femmes conscients du choix qu’ils ont opéré. Des hommes et des femmes déterminés à aller jusqu’au bout dans la lutte contre ce système qui massacre et vole le peuple Burundais. La clique de Nkurunziza ignore par ailleurs que les frondeurs ont des soutiens, des amis, des alliés jusque même dans l’entourage du despote Nkurunziza.

Et pour preuve, dans la réunion qui préparait ce plan malsain dirigée par Etienne Ntakarutimana, tous les propos tenus leur ont été révélés le lendemain. Et quand le général Ndayishimiye s’est peu à après rendu à Cibitoke pour livrer aux cadres du parti des Bagumyabanga (que les burundais surnomment Bagumyabondo ou ceux qui gardent leurs bedaines bien pleines au détriment du pays) un message relatif à ce fameux plan de rapatrier les frondeurs, ces derniers étaient au courant de tout. “Nous ne pourrons jamais convaincre les Bazungu qu’il y a la paix tant que nous aurons des réfugiés à l’extérieur“, a-t-il dit aux participants à cette rencontre parmi lesquels le PPD-Girijambo (parti des frondeurs) comptait des dizaines de membres, c’était le 9 Octobre au bar restaurant du général Silas Ntigurigwa. “Nous n’aurons pas de paix réelle tant que nous mangerons seuls pendant que les autres souffrent à l’extérieur du pays, c’est pour ça que nous allons bientôt contacter tous ceux qui sont partis pour qu’ils retournent au bercail“, a-t-il poursuivi à la grande surprise de son auditoire.

neva-vs-tutotre-drapft-feature

“Manger”, un terme propre et cher aux Bagumyabondo qui ont fait du pillage de l’État leur seul programme. Et au cours d’un “atelier” de sensibilisation de ceux que le CNDD-FDD appellent des “anciens frondeurs”, le tristement célèbre Gélase Ndabirabe alias “Ndasubiramwo” a pour sa part dit publiquement ce que beaucoup savaient : que le CNDD-FDD n’a pas besoin d’intellectuels.

Selon lui, ce parti est constitué de trois catégories de militants:

  1. Ceux qui sont aux commandes du parti tel un conducteur de véhicule,
  2. Ceux qui doivent suivre et exécuter sans broncher toutes les directives du parti à l’image des passagers d’un bus ou un gros camion,
  3. Ceux qui attendent d’embarquer dans le véhicule pour voyager avec les autres.

Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que dans toutes ces catégories, le PPD Girijambo a des “envoyés spéciaux” qui l’informent en temps réel sur tout ce qui se trame dans le cercle des tueurs de Nkurunziza.  C’est grâce et à ces alliés et sympathisants que les frondeurs sont parvenus à échapper à tous les pièges leur tendus régulièrement par le CNDD-FDD. C’est ici l’occasion de remercier tous ces hommes et femmes dignes qui malgré les épreuves et les difficultés continuent la lutte silencieusement mais sûrement.

Girijambo!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *