africanianews@gmail.com Monday - Dec 11, 2017

Burundi : Une odeur de corruption à la Police de l’Air, des Frontières et des Etrangers (PAFE)


Depuis le début des manifestations contre la troisième candidature de Pierre Nkurunziza, plusieurs personnes craignent pour leur sécurité et certains d’entre -eux fuient la capitale Bujumbura vers l’intérieur du pays et une autre foule de gens se précipite à la PAFE pour chercher les documents de voyage qui vont leur permettre de fuir le pays vers l’extérieur. Toutefois certains des demandeurs des documents de voyage à la PAFE se plaignent de la lenteur du service pour ceux qui n’ont pas les frais de corruption.

Une jeune demoiselle qui a requis l’anonymat témoigne qu’elle vient de passer à la PAFE trois semaines à la recherche d’un laissez- passer. Ce qui est étonnant pour elle c’est qu’il y a des gens qui reçoivent les documents de voyage à la PAFE dans un  délai très court. Pour elle, ce n’est pas compréhensible de voir deux burundais qui paient une même somme mais qui, par après, ne peuvent pas avoir leurs documents dans un même délai. La même source précise que pour avoir un laissez-passer de 30.000 FBu dans un délai ne dépassant pas trois heures de temps il suffit d’ajouter une autre somme de 30.000 FBu et pour un avoir un laissez-passer CEPGL de 2.500 FBu dans un délai ne dépassant pas trente minutes il faut ajouter une autre somme de 10.000 FBu ou 15.000 FBu et, pour cela, un simple citoyen qui ne peut pas avoir les frais pour corrompre ces policiers peut rester plus de trois semaines sans avoir les papiers voulus.

La corruption crée l’embouteillage à la PAFE

D’autres individus rencontrés à la PAFE disent que la foule de gens qui s’observe aujourd’hui à la PAFE est dû à l’embouteillage lié à la recherche des documents qui fait que certains demandeurs passent à côté de leurs collègues qui n’ont pas payé les frais de corruption. Ils donnent l’exemple des gens qui donnent l’argent aux policiers qui, à leur tour, crée un embouteillage à la PAFE en faisant trainer les documents des autres qui n’ont pas payé les frais de corruption. Car, racontent-ils, cette corruption est partagée par plusieurs agents des différents services de la PAFE pour permettre la rapidité dans l’obtention de ces documents.

La PAFE dément ces informations

Pour OPC1 Jimmy Hatungimana,  Commissaire Général de la PAFE, dans les meilleures conditions de travail, un demandeur de papier de voyage peut avoir son document dans une seule journée si c’est un cas urgent moyennant un papier justificatif, ou dans trois jours si le dossier est au complet. Aujourd’hui il y a une grande différence, car les demandeurs de papiers de voyage sont devenus tellement nombreux  que cela nous  pousse à donner un papier de voyage dans cinq jours. Que les gens comprennent le pourquoi de cette situation, sollicite-t-il. Pour lui, ce qui fait trainer le travail d’octroi des papiers de voyage c’est qu’il y a des parents qui viennent avec des papiers incomplets de leurs enfants et, pour cela, nous sommes obligés de faire recours aux parents de ces enfants pour nous fournir des éclaircissements sur ces dossiers, indique Hatungimana. Réagissant aux accusations de corruption, le Commissaire Général de la PAFE précise que la corruption n’existe plus à la PAFE, mais il ne nie pas qu’il existe des gens qui recourent à la corruption mais que jusqu’à maintenant aucun cas n’a été signalé. Il rappelle également que les prix des papiers de voyage n’ont pas été  changés. Le prix d’un passeport est de 235.000 FBu. Celui d’un laissez-passer de 30.000FBu et celui d’un laissez-passer CEPGL de 2.500 FBu. Quiconque sera attrapé en flagrant délit de corruption pour la délivrance d’un passeport à un citoyen qui remplit toutes les conditions sera sanctionné conformément à la loi, affirme-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *